Le contenu du discours royal à l’occasion du 40-ème anniversaire de la Marche Verte

discours_de_sm_le_roi_g1

Sa Majesté le Roi Mohammed VI a adressé à la  nation ce vendredi soir 6 novembre 2015 un discours historique à forte connotation politique, économiques et sociale  relatif à la situation dans le Sahara marocain,  en direct de la ville de Laâyoune à l’occasion du quarantième anniversaire de la Marche .

SM le Roi Mohammed VI a annoncé la mobilisation de tous les moyens disponibles pour la réalisation de grands chantiers et de projets sociaux et médico-éducatifs dans les régions de Laâyoune Sakia El-Hamra, Dakhla Oued Eddahab et Guelmim-Oued Noun, afin d’ériger les provinces du Sud en un véritable modèle de développement intégré.

« L’application du modèle de développement de nos provinces du Sud traduit Notre fidélité à Notre engagement auprès des citoyens dans nos provinces du Sud pour ériger celles-ci en un véritable modèle de développement intégré », a affirmé SM le Roi dans un discours adressé vendredi à la Nation à l’occasion du 40ème anniversaire de la glorieuse Marche verte, note une première analyse de l’agence Map.

Ce modèle de développement constitue  »un pilier d’appui pour l’insertion définitive de ces provinces dans la patrie unifiée, et pour le renforcement du rayonnement du Sahara, comme centre économique et comme trait d’union entre le Maroc et son prolongement africain », a fait valoir le Souverain.

C’est pourquoi, a dit SM le Roi, « Nous avons décidé de mobiliser, avec l’aide de Dieu, tous les moyens disponibles pour la réalisation de grands chantiers et de projets sociaux et médico-éducatifs, dans les régions de Laâyoune Sakia El-Hamra, Dakhla Oued Eddahab et Guelmim-Oued Noun ».

Dans le domaine des infrastructures, SM le Roi a annoncé le renforcement du réseau routier de la région, à travers la réalisation d’une voie expresse, aux normes internationales, entre Tiznit-Laâyoune et Dakhla.

Parallèlement, le Souverain a invité le gouvernement à réfléchir à la mise en place dans les provinces du Sud d’un hub de transport aérien desservant l’Afrique.

SM le Roi a de même fait état du souhait de construire une ligne ferroviaire de Tanger à Lagouira, pour relier le Maroc au reste de  l’Afrique, formant le voeu de trouver les ressources financières qui manquent aujourd’hui en vue de parachever la ligne Marrakech-Lagouira.

De même, le Souverain a indiqué que « Nous comptons construire le grand port Atlantique de Dakhla, réaliser d’importants projets d’énergie solaire et éolienne dans le Sud, et connecter la ville de Dakhla au réseau électrique national ».

SM Le Roi a en outre formé l’espoir de voir ces réseaux et ces infrastructures reliées aux pays africains, et contribuer ainsi à leur développement.

Tout en Se disant convaincu que ces infrastructures ne sont pas suffisantes, à elles seules, pour améliorer les conditions de vie des citoyens, SM le Roi a assuré que le secteur économique sera soutenu par des projets de développement humain.

A cet égard, le Souverain a réaffirmé la nécessité de continuer à faire investir les revenus des ressources naturelles au profit des habitants de la région, en concertation et en coordination avec eux.

« C’est dans cette perspective que Nous avons décidé de réaliser une série de projets qui permettront de valoriser et d’exploiter les ressources et les produits locaux », a dit le Souverain, précisant qu’il s’agit notamment de la mise en œuvre du grand projet de dessalement de l’eau de mer à Dakhla, et de la mise en place d’unités et de zones industrielles à Laâyoune, Marsa et Boujdour.

La nécessité de conforter ces initiatives à travers la mise en place d’un cadre juridique incitatif pour l’investissement, garantissant au secteur privé national et étranger, la visibilité et les conditions de compétitivité nécessaires pour contribuer au développement de la région, a été de même soulignée par Sa Majesté le Roi qui a annoncé la prochaine création d’un fonds de développement économique ayant vocation à renforcer le tissu économique, soutenir les entreprises et l’économie sociale et assurer l’emploi et un revenu stable, surtout pour les jeunes.

Nouveau modèle de développement des provinces du Sud : 77 milliards DH pour des projets structurants

Cette stratégie, a poursuivi le ministre, passe aussi par la gestion continue des ressources naturelles, la protection de l’environnement, le renforcement des réseaux de communication, l’élargissement des compétences des régions en leur procurant les mécanismes de travail, ainsi que la mise en place des mécanismes de financement.

Dans ce cadre, la dimension économique de ce nouveau modèle vise la mise à niveau des mécanismes de développement conformément au programme de soutien des secteurs de production (phosphates, agriculture, pêche maritime et tourisme écologique), a-t-il expliqué.

  • Concernant le secteur des phosphates et pour lequel une enveloppe budgétaire de 16,8 milliards DH, le ministre a précisé que le projet Phosboucraâ pour le développement industriel se propose de promouvoir le phosphate au niveau local et d’intégrer l’ensemble des maillons de la chaine de production dans l’objectif de l’exportation à même de permettre la promotion optimale des ressources, et partant permettre aux populations locales d’en bénéficier davantage.

  • Concernant les projets de valorisation agricole, ils visent à améliorer les conditions de vie des populations à travers la création d’opportunités d’emploi (11.000 postes d’emploi), la diversification des sources de revenus et l’exploitation rationnelle des ressources naturelles en procédant à une valorisation agricole de la région de Dakhla sur une superficie de 5 ha, une opération qui nécessitera un budget estimé à 1,3 milliard DH.

  • Elle bénéficiera de projets d’aménagement sur une superficie de 100 ha pour un coût de 465 millions DH. Aussi et dans le cadre de la promotion de l’agriculture solidaire dans les provinces du Sud, il est prévu la réalisation de 50 projets pour un coût de 1,5 milliard DH. Ces projets profiteront à une population estimée à 16.800 personnes.

  • En matière du tourisme écologique, le ministre a fait savoir qu’il sera procédé à la création d’un nouveau pôle touristique et le lancement d’une offre touristique innovante alliant mer, Sahara, culture et dimension écologique tout en développant une offre complémentaire axée sur la culture, l’environnement et les produits locaux. Ce programme touristique prévoit la création de 84 projets pour des investissements estimés à 2,1 milliards DH.

  • S’agissant de la dimension sociale, le programme vise à réaliser un saut qualitatif en matière de qualification des ressources humaines et de renforcement de la dimension culturelle, ce qui permettra de tirer profit de manière équitable des ressources locales, de créer des opportunités d’emploi, de se doter d’équipement de base et de disposer de prestations sociales de haute qualité.

  • Dans ce sillage, il sera procédé à la mise en œuvre de pôle d’excellence à travers la création d’un Centre Hospitalier Universitaire (CHU) à Laâyoune pour un coût de 1,2 milliard DH. Ce CHU est de nature à améliorer les offres de soins pour les populations et dispenser des prestations médicales de qualité. De plus, il est prévu la création d’un Technopole dans la région de Foum El Oued avec des crédits estimés à 2 milliards DH, une structure qui sera érigée en pôle de formation, de développement et d’innovation technologique et culturelle.

  • S’agissant de la dimension environnementale, M. Boussaid a fait état de la délimitation de trois axes de développement durable, de préservation des systèmes écologiques fragiles à travers la préservation des ressources maritimes et des ressources halieutiques, le développement des énergies renouvelables et la protection des écosystèmes.

  • A cela s’ajoute, précise le ministre, la construction de la route atlantique rapide Tiznit-Laâyoune-Dakhla afin de relier les provinces du Sud aux autres régions du Royaume, ce qui est de nature à faciliter les échanges commerciaux, à développer les moyens de transport et à garantir la sécurité routière.