Contexte Naturel et Physique

Climat et types de temps

La région d’étude appartient au secteur bioclimatique des montagnes à exposition atlantique, le climat de la région est de type aride avec une influence océanique généralement sec, froid en hiver, très chaud et sec en été avec des nuits fraîches.

Elle a une amplitude thermique moins forte et garde une nébulosité notable (étage aride à hiver chaud).

Les données climatologiques figurant dans cette étude ont été recueillies de la station météorologique de Tiznit située sur un terrain domanial à 15 km de la ville. Ses coordonnées géographiques sont :

  • Altitude : 50 m
  • Longitude : 09° 40’ W
  • Latitude : 29°41’ N

 

variation1

Figure4 : variation des précipitations annuelles dans la station de Tiznit.

Les précipitations ont une variation saisonnière : elles augmentent en hiver avec un maximum de 47,3 mm en décembre et se réduisent en été avec des valeurs presque nulles.

variation2

Figure 5: moyenne de la température maximale et minimale dans la station de Tiznit

Les régimes thermiques présentent un profil exactement inverse avec un été chaud d’un maximum de 30.4°C en juillet et un minimum de 6.8°C en janvier. La température est généralement douce, elle descend rarement en dessous de 0°C. L’amplitude thermique est modérée grâce à l’effet des brumes océaniques. L’évaporation est de 2200 mm.

Géomorphologie et géologie

La zone de l’étude est située dans le grand massif de l’Anti Atlas où la topographie est très hétérogène et accidentée.

Géologiquement cette zone se caractérise par ce qui suite :

  • Schistes et grés terminaux passant aux cendres volcaniques remaniées.
  • Calcaires à archaeo cyathidés, série schisto-calcaire et calcaires supérieurs.
  • Schistes et grés violacés passant de calcaires à l’ouest.
  • Calcaires inferieures et série de base constituée de conglomérats (infracambrien et adoudounien).
  • Précambrien III : conglomérats, brèches et localement des conglomérats de base de l’infracambrien ou de géorgien.
  • Calcaire à collenia.
  • Schiste et grés (appartenant à la série d’Anzi), pelites

 Hydrogéologie

Le domaine de la chaîne de l’Anti-Atlas est constitué de formations précambriens plissées (rhyolites, quartzites, micaschistes, granites…), surmontées d’une épaisse couverture sédimentaire de l’Infracambrien et du Primaire, constituée de roches carbonatés, schisto-gréseuses et schisteuses.

Ce domaine est le siège de nappes discontinues à faible productivité. La structure fissurée et faillée et le type de roches consolidés ne favorisent pas la mise en place de nappes généralisées à fort potentiel hydraulique.

Hydrologie

La zone de l’étude est drainée principalement par l’oued « Anfeg », c’est un cours d’eau à régime saisonnier qui prend naissance au niveau des reliefs avoisinant. L’oued Anfeg est un affluent de l’oued Assaka lui-même affluent de l’oued Massa.

Sol et végétation

Les sols sont partout abondants, épais de plusieurs décimètres. Ils ont des caractères qui les rapportent à des sols rouges méditerranéens.

Le couvert végétal est éparpillé, constitué essentiellement de quelques arbustes dispersés sur les collines et des arboricultures au niveau des terrasses aménagées par les agriculteurs. Cette végétation est liée aux types de sols et au climat rencontré dans le milieu.

L’érosion est un phénomène important dans la région. Elle se manifeste surtout dans les régions tabulaires et de piémont, où la diminution régulière du patrimoine foncier rend plus précaires les conditions de vie des populations. Dans ces mêmes zones, la dégradation des sols et de la couverture végétale provoquent une accélération et une intensification du ruissellement qui accentuent la fréquence et la brutalité des crues des cours d’eau.